Laissez les laisses !

Par Association Orpellieres
๐‹๐š๐ข๐ฌ๐ฌ๐ž๐ณ ๐ฅ๐ž๐ฌ ๐ฅ๐š๐ข๐ฌ๐ฌ๐ž๐ฌ !
ย 
Parfois les laisses de mer ne sentent pas bon et grouillent de “puces”, de mouches et d’asticots. Pourtant elles sont ๐ง๐žฬ๐œ๐ž๐ฌ๐ฌ๐š๐ข๐ซ๐ž๐ฌ ๐šฬ€ ๐ฅ๐š ๐›๐จ๐ง๐ง๐ž ๐ฌ๐š๐ง๐ญ๐žฬ ๐๐ž๐ฌ ๐ฉ๐ฅ๐š๐ ๐ž๐ฌ : dรฉgradรฉs par ces multiples bestioles, les dรฉchets organiques se transforment en engrais pour les plantes du sable qui contribuent ร  maintenir les dunes, digues naturelles du bord de mer.
ย 
Elle freinent l’effet de vagues et luttent contre l’รฉrosion et le recul des plages.
ย 
Pour des raisons de “propretรฉ” des municipalitรฉs ๐ฅ๐š๐ฆ๐ข๐ง๐ž๐ง๐ญ ๐ฅ๐ž๐ฎ๐ซ๐ฌ ๐ฉ๐ฅ๐š๐ ๐ž๐ฌ au tracteur.
Non seulement cette pratique antiรฉcologique est nรฉfaste au maintient naturel des plages, mais elle ๐ฉ๐ซ๐ข๐ฏ๐ž ๐ฅ๐ž๐ฌ ๐ž๐ง๐Ÿ๐š๐ง๐ญ๐ฌ, notamment les jeunes vacanciers habitant en zone urbaine, d’explorations stimulantes de ๐๐žฬ๐œ๐จ๐ฎ๐ฏ๐ž๐ซ๐ญ๐ž๐ฌ ๐๐ž ๐ฅ๐š ๐ฏ๐ข๐ž irremplaรงable.
ย 
Celles qu’il faut รฉliminer, ce sont tous les dรฉtritus dus aux ๐š๐œ๐ญ๐ข๐ฏ๐ข๐ญ๐žฬ๐ฌ ๐ก๐ฎ๐ฆ๐š๐ข๐ง๐ž๐ฌ.
ย 
ย 
ย 
Crรฉdit photo ยฉ 2019 Yann GESHORS